Une naissance ordinaire: un doux hurlement de rage

Publié le par fleur de printemps

Il y a presque 4 ans, au terme d'une grossesse ordinaire, naissait mon fils.

Naissance à l'hôpital. Suite d'actes stupides, de paroles blessantes, de méchancetés banales, d'interventions inutiles.

La mère et l'enfant se portent bien. La mère est mutilée, l'enfant est blessé, et il faudrait remercier les "sauveurs". L'enfant souffrira pendant 4 mois d'une fracture sans aucun antalgique, et sûrement d'autres traumatismes moins visibles.

"La mère et l'enfant se portent bien, et que c'est le principal, qu'on oublie tout le reste". C'est mielleux, c'est faux, et c'est inacceptable. Rien ne justifie de perpétuer ce mensonge inacceptable.

Tellement peu de gens acceptent d'entendre cela.

Connaissez-vous cette impression? Quand vous parlez à un mur, qu'on vous oppose un silence de mauvaise foi, de lâcheté, de peur, vos paroles, si douces et réfléchies soient-elles, ressemblent à un hurlement. Sans écho.

Commenter cet article