L'autonomie des bambins allaités

Publié le par fleur de printemps

Parmi les lieux communs sur l'allaitement qui ont la vie dure, il y a cette affirmation gratuite, jamais démontrée que "l'allaitement c'est bien, mais les enfants sont moins autonomes".

C'est sans doute le propre de tous les lieux communs d'être en général acceptés dans la conversation courante sans que l'interlocuteur se sente le moins du monde tenu d'étayer son affirmation. Dans ce genre de phrases, ce qui me fait sursauter, c'est la manière dont on compare. On dit bien, que les enfants allaités sont moins quelque chose. C'est déjà supposer que d'être allaité ne serait pas la norme par rapport à laquelle les autres enfants devraient être comparés.

Pourquoi mettre en valeur l'autonomie des bambins?
L'allaitement est la norme pour l'être humain. Avant même de savoir ce qu'on va mettre derrière ce terme d'autonomie, la première évidence pour moi, est que si l'allaitement ne rendait pas autonome, je ne vois pas l'intérêt de promouvoir l'autonomie. Au contraire, il faudrait s'inquiéter de la trop grande autonomie des enfants anormaux, c'est-à-dire de ceux sevrés prématurément, que ce soit à 1 mois, 4 mois, 9 mois ou 2 ans.

Qu'est-ce que l'autonomie?
Après ces propos quelque peu provocateurs, je reviens sur le terme d'autonomie. Tenir soi-même son biberon à 9 mois est-ce plus autonome que de demander à téter à sa maman par un sourire? Par ricochet, quelle est la famille la plus autonome, celle où il faut payer pour que le bambin boive du lait de vache modifié par l'industrie agro-alimentaire dans un biberon fabriqué par une autre indutrie, ou bien celle où le bambin tète au sein de sa mère?

C'est à ce moment que paraît en général une autre affirmation gratuite: "Un enfant allaité a plus besoin de sa mère, donc il est moins autonome"
.

Comme précédemment, je dirai que si un enfant allaité a beaucoup besoin de sa mère, il faut s'inquiéter des enfants non allaités qui survivent en montrant moins leur besoin. Mais surtout, cette affirmation me parait totalement fausse. Je crois qu'au contraire, une maman qui allaite au long cours, va beaucoup plus encourager l'autonomie de son petit enfant. Mère et enfant vivent beaucoup de contact physique, n'éprouvent donc pas de manque, rien ne vient fausser le désir d'autonomie.

De plus, on ne peut allaiter que de bon coeur. Je ne connais que quelques enfants tétant au-delà des 4 ans. Je ne vois chez eux aucun problème d'autonomie, ou de signe d'attachement ambigu ou difficile ou douloureux à leur mère. J'en vois bien plus chez des enfants sevrés du sein, mais qui, par exemple à 6 ans dorment certes seuls dans un lit mais avec une tétine rivée à la bouche. Je pense qu'une mère encourage nettement plus l'autonomie de son enfant en l'allaitant, parce que justement je ne pourrais jamais donner autant le sein que mes amies donnent la tétine et le doudou. Mon enfant, élevé au sein et au contact physique est de fait bien plus autonome que des enfants que je connais élevés au biberon / tétine/ doudou.

J'irai plus loin. Donner le sein à un grand bambin demande un don de soi, sans reconnaissance sociale de surcroit. Cela demande de l'assurance et non de combler ses propres vides affectifs. Au contraire, l'on reproduit les vides que l'on a reçus (ce qui est une manière de se satisfaire), en refusant à son jeune enfant de donner de sa présence physique, charnelle. L'autonomie me parait un prétexte.

Publié dans allaitement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article