Papa d'un bébé allaité

Publié le par fleur de printemps

Le mythe du papa donnant le biberon

La place du père, les nouveaux pères, sont des expressions préfabriquées qu'il est de bon ton de placer de temps en temps dans une conversation ayant pour sujet les enfants. Et quand il est question d'allaitement, ce cliché ne manque pas d'apparaître assez rapidement. L'interlocuteur n'a d'ailleurs en général aucune expérience particulière et aucune idée précise en tête, mais évoquer le père mythique avec à volonté sa place, son rôle de séparateur, son désir de la mère, ses difficultés nouvelles par rapport à l'ancienne génération ou que sais-je encore, évoquer tout cela sans prendre la peine d'en parler et d'y réfléchir sérieusement, voilà qui est très bien vu.

Concernant l'allaitement, exclusivité féminine, il peut s'agir de contrer cette capacité spécifique des femmes justement, le tout assaisonné de quelques relents égalitaires, qui par contre ne tiennent pas dès qu'il s'agit de pratage des tâches ménagères et encore moins si l'on évoque la gestion des entreprises qui presque systématiquement, tant dans le public que le privé, privilégie les hommes. Bizarrement, tout élan égalitaire s'évapore alors, tant de la part des femmes que des hommes, car on touche là à l'un des mécanismes de notre société, et c'est trop périlleux. Alors que prôner un biberon pour le père, cela ne coûte pas cher, on passe pour quelqu'un de bien sur le plan de l'égalité des sexes alors que l'on n'a pas réfléchi trente secondes.


Le mythe du papa donnant le bain

En général, les défenseurs de l'allaitement rappellent que le papa peut s'impliquer de plein d'autres façons auprès de son enfant: lui donner le bain, le changer, lui donner des purées à partir de 6 mois. Certes. Mais certains papas, dont mon mari, n'ont aucune envie de tout cela. Nous avions sacrifié au myhte du papa donnant le biberon, il l'a fait... une fois. Il changeait notre enfant quand j'étais trop fatiguée. Il le baignait quand j'avais besoin de souffler au risque d'exploser. Il l'a nourri, de mon lait tiré et d'autres mets quand j'étais absente. Mais JAMAIS, quand j'étais présente, il n'a ressenti l'envie de nourrir, changer, laver notre bébé.

Est-ce un mauvais père? Un père qui ne s'implique pas? Que nenni. Mon mari fut très souvent à mes côtés dans ces moments. Au change, il me regardait, nous discutions, il allait jeter la couche par exemple. Il rentrait dans la salle de bain, jouait un peu avec notre enfant, ressortait éventuellement me chercher un vêtement que j'aurais oublié, rentrait, rejouait, ressortait. A table, notre enfant était assis sur mes genoux jusqu'à au moins 18 mois, parfois il lui proposait quelque chose de son assiette plutôt que de la mienne. Dans touts ces moments, la papa fut très présent, mais il n'a jamais demandé à faire seul ou sans moi. Il ne se sentait pas incompétent, il n'appréhendait pas mes absences, mais si j'étais là, c'est moi qui faisait et lui qui participait en plus.


Papa est pourtant le héros incontesté de notre enfant

Quelle paternité s'est dessinée là naturellement? Un papa qui a entouré femme et enfant, sans essayer de pousser sa femme hors du rôle de mère d'un tout-petit. L'attachement de notre bambion à son papa a commencé à se amnifester de ma nière très forte entre un et deux ans. Tout le monde s'en étonnait, parce que c'était plus fort que ce qui se voit souvent, et aussi parce que le papa n'avait pas spécialement pris de place visible en posant des gestes gages de sa nouvelle paternité (les fameux biberons, le change, le bain etc). Et pourtant, Papa est bien le héros de notre petit garçon.


Papa d'un bambin allaité

Le rôle du papa dans l'allaitement devint surtout important après deux ans. A cet âge, les tétées étaient de venus des moments un peu plus exceptionnels dans la journée, alors qu'à un an, ces moments étaient tellement fréquents, que c'est plutôt entre les tétées que le papa intervenait. Donc entre deux et troisans, le papa nous rejoignait souvent, jouant avec les pieds du bambin, qui lâchait le sein un instant pour rire aux éclats, faisant des jeux de cache cache, chacun se cachant derrière sa main (le papa et la bambin). Parfois, l'humeur familiale étant au calme, le bambin rechargeant ses batteries, mon mari en profitait pour se coller à moi pour un moment de tendresse.

Conclusion: Le rôle du papa dans l'allaitement est le plus beau après deux ans.


Publié dans allaitement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mariette 13/11/2014 18:49

Bon courage les papas ^ ^